Anne Salmon

Philosophe et sociologue

Professeure des universités au Conservatoire National des Arts et Métiers

Chercheuse au laboratoire  Histoire des Techno-sciences en Société (HT2S)

 

 

 

 

 

 

Photo d'Agustin Zurita -Alhama de Granada

 

Auteur du site Sciences et humanités en société, je suis professeure de sociologie au Cnam depuis Janvier 2018. Je suis  chercheuse au Laboratoire Histoire des Techno-Sciences en Société, chercheuse associée au laboratoire Lorrain de Sciences Sociales (2L2S)  et membre du LabEx SITES (Sciences, Innovations et Techniques en Société) coordonné par l'IFRIS (Institut Francilien Recherche Innovation Société). J'ai longtemps  enseigné à l'université de Lorraine où j'étais professeure au département de sociologie de Metz. Belles années dont je garde un très joyeux souvenir. Je me souviens aussi avec plaisir des étudiants et des collègues de l'université de Caen, de l'université Paris 13 - Villetaneuse et de l'université Paris 9-Dauphine. 

Pour synthétiser mon travail en deux mots, je peux dire que dans la continuité de mes travaux sur l'éthique, il porte sur l’homme et ses différentes modalités d’intervention en société. En ce moment, je travaille beaucoup sur les aspects épistémologiques et théoriques. Cette approche ancrée en sociologie, m'amène à mobiliser davantage la philosophie, ma formation d'origine, pour appréhender des questions stimulées par mes lectures d'ouvrages de sciences et techniques. 

 

En un peu plus développé ...

 

Bibliographie et revue de presse 

 

 

Ouvrages

 

 

L’intervention sur la nature  (et ses limites …)

 

sous le prisme du travail, des sciences et des techniques

 

 

 

 

 

 

 

Imaginaire scientifique et modernité ordinaire -

Une histoire d'électricité,  Iste éditions, Londres, 2018

 

 Critique par Antoine Reverchon, Le Monde, le 31 août 2018

 

 

 

Le travail sous haute tension – Risques industriels et perspectives syndicales dans le secteur de l’énergie, Desclée de Brouwer, Paris, 2011.

 

 Critique par Angélique Mangon, Le Monde, le 05 juillet 2011

 

 

 

 

 

 

Avec B.Turcotte M-F  (dir.) Responsabilité sociale et environnementale de l’entreprise,

PUQ, Montréal, 2005.

 

Critique par Sarah Tremblay Corriveau, Relations industrielles, janvier 2008

 

 

 

L’intervention sociale (et ses ambiguïtés…)

 

Sous le prisme du travail social, des associations et de l’action publique

 

 

 

 

Avec A. Laoukili (dir), Innovations démocratiques et dispositifs d'intervention, Connexions, n° 111, le 6 juin 2019

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec J-L Laville, (dir) Associations et action publique, Desclée de Brouwer, Paris, 2015.

 

 

 

L’intervention économique (et ses enjeux éthiques et politiques…)

 

Sous le prisme d’une sociologie économique ouverte sur l'histoire

 

 

 

 

 

 

 

"العنوان: الإمبراطوريات الجديدة، هل هي نهاية الديمقراطية؟."

(Les nouveaux empires), traduit en arabe par Badr-Eddine Arodaky, éditions Dar Al Tanwir, Beyrouth, Le Caire, Tunis, 2015.

 

 

 

 

 

 

Les nouveaux empires – Fin de la démocratie CNRS Editions, Paris, 2011.

 

Critique par Eric Dacheux, Communication, 2012

 

 

 

Avec Jean-Pierre Galavielle (dir) Éthique, économie et société: une affaire de politique ?

European Journal of Economic and Social Systems, Vol.19 n°1 (2006)

 

 

 

 

 

Impresa etica ? Capitalismo e produzione di valori sociali, préface de Enzo Mingione, traduit du français par Maria Novella Pierini, Sylvia Cozzi, Federico Chicchi, Michele La Rosa, Sapere 2000 Edizioni, Roma, 2007.

 

 

 

Ethique et ordre économique, CNRS Editions, Paris, 2002.

 

Critique par Antoine Reverchon, Le monde, le 31 mars 2003

 

 

 

 

 

Dans les médias

 

 

● 2020, Salmon A., « L'éthique managériale est moralisatrice, liberticide et coercitive », interview par Cécile Lemoine, L'opinion, 31/07/2020

● 2020, Salmon A. « Le jardinage une pensée en acte », interview par Fred Lacoste, Courrier de Gironde, 24/04/2020

 

● 2020, Salmon A., "Transition énergétique : « Le mystère et l’imaginaire ont joué un rôle décisif dans le triomphe de l’électricité »", tribune, Le monde 28/02/2020.

2019, Salmon A., « Le green, c’est pas (encore) du luxe » (in) Interview par Irène Verlaque, L’OBS/N°2870-07/11/2019, 104.

● 2017, Salmon A., « Du sens politique des pratiques », Lien social, entretien/article mené par G. Benloulou, 19/01/2017, n°119.

● 2017, Salmon A., « Le politique, la peur et l’association », Journal des acteurs sociaux, février, 2017.

● 2016, Salmon A., Entretien (s.t.) Mag de l’Energie, entretien/article mené par E. Viansson Ponte, 08/2016.

● 2014, Salmon A., « Des entreprises très père la morale », Libération, 30/03/2014.

● 2014, Salmon A., “France vs. Haute Finance”, interview par A. Polonyi, The indypendent, New York, October, 28, 2014.

● 2014, Salmon A., «Standardisation des pratiques : tout ce qui n’est pas mesurable n’existe plus », Lien social, entretien/article mené par G. Benloulou19/02/2014, n° 1134.

● 2013, Salmon A., « Les pionniers du combat « éthique » sont les patrons », L'Humanité, 19/04/ 2013.

● 2012, Salmon A., « Où en est le travail social ?», Lien social, entretien/article mené par G. Benloulou n° 1062, 10/05/2012.

● 2011, Salmon A., « La sous-traitance en cascade augmente les risques » interview par S. Cazes, Le Parisien/Aujourd’hui en France, 11/06/2011.

● 2011, Salmon A., « Un cadre de travail "disloqué" », Interview par H. Kempf, Le Monde, 25/03/2011.

● 2011, Salmon A., « Management : une voie réactionnaire? » L'Humanité, le 6 juin 2011.

● 2011, Salmon A., « Une révolte sourde », Le Monde.fr, 07/03/2011.

● 2011, Salmon A., « Maltraitance des sous-traitants ? », L’Humanité, 7 novembre 2011.

● 2011, Salmon A., Les nouveaux empires – Fin de la démocratie ? émission animée par J-L. Chambon, Radio Canal Académie, le 03/04/2011.

● 2011, Salmon A., Moraliser le capitalisme ? Midi-Magazine, émission animée par P. Arondel, Radio Fréquence protestante, le 09/03/2011.

● 2010, Salmon A., "Sous couvert de valeurs apparemment consensuelles, les chartes éthiques risquent de privatiser les normes", interview par E Fayner, Miroir social, 5/05/2010.

● 2010, Salmon A., « Emploi, pouvoir d'achat, santé...Maxi promesses, mini effets », interview par S. Béchaux, Liaisons sociales magasine, n° 110, mars.

● 2010, Salmon A., « Capitalisme et démocratie », in A propos de...Moraliser le capitalisme ? (pp. 93-106). Texte en réponse à ceux de Roger Godino (p.95) et de Marc Deluzet (p.99), in La morale en questions, La revue socialiste, n° 38, 2ème trimestre, pp.103-106.

● 2010, V. de Gaulejac, S. Juan, D. Linhart, A. Salmon, A. Thébaud Mony, « Vieillissement du parc nucléaire, usure des salariés : une situation explosive ?», Le Monde.fr, 05/10/2010.

● 2010, « Moraliser le capitalisme ?» Interview par D. Georgel dans Regards croisés, F. Genter, vice-président de la CCI de Moselle et A. Salmon, Revue Metz-université, janvier 2010.

● 2009, « Est-on en train de sortir de la crise ? » Ce soir ou jamais émission animée par F. Taddeï avec G. Duval, S. George, C. Hagège, J-F. Kahn, G. Koenig, J. Marseille, A. Salmon. France 3, le 17/12/ 2009.

● 2009, Salmon A., Moraliser le capitalisme, est-ce possible ? Au fil des pages, émission animée par J-L. Chambon, Radio Canal Académie, le 22/11/2009.

● 2009, Salmon A., Moraliser le capitalisme ? Parcours sociologique, émission animée par P. Arondel, Radio Fréquence protestante, le 14/11/2009.

● 2009, Salmon A., La tentation éthique du capitalisme, Au fil des pages, émission animée par J-L. Chambon, Radio Canal Académie, le 11/01/2009.

● 2009, Salmon A., Enjeux – Pour aller plus loin, interview par V. Queuniet, Entreprise et carrières, n°961, du 30 juin au 6 juillet.

● 2008, Salmon A., « Une inflation de textes censés garantir les bonnes pratiques », (in) interview par A. Reverchon, Le Monde économie, 12/02/2008.

● 2008, Salmon A., « La Société Générale, son code et ses comités », (in) interview par A. Reverchon, Le Monde économie, 12/02/2008.

● 2007, Salmon A., « Mondialisation – La tentation éthique du capitalisme », interview par L. Sallay, Options, n° 528, juin.

● 2007, Salmon A., « L'imposture éthique », interview par R. Artignan, Politis, 31 mai.

● 2007, Salmon A., « Éthique en toc », interview par R. Hadida, Environnement et stratégie - Veille sur l’économie, la finance et le développement durable, n° 207, 21 février.

● 2006, Salmon A., « L’indice des valeurs », (in) interview par M. Wesfreid, L’Express, 6 avril.

● 2006, Salmon A., « Ethique et responsabilité sociale des entreprises : quels enjeux ? » Vertitude, n°21, décembre 2005, janvier-février 2006.

● 2005, Salmon A., « Responsabilité des entreprises : un levier de l’exigence démocratique ? » Le Monde économie, 27 septembre.

● 2004, Salmon A., « L’éthique du (nouveau) capitalisme », Alternatives Economiques, n° 221, janvier.

● 2003, Salmon A., « Les bénéfices secondaires du business éthique », Le Monde économie, 25 novembre.

● 2003, « L’appel aux valeurs morales vise à désamorcer les conflits », interview par E. de Lestrac, Le Monde Campus, 13 mai.

● 2003, « Idées larges » (in) interview par D. Pennequin, RTL, janvier.

● 2002, « L’éthique instrumentalisée », interview par T. Brun, Politis, 3 octobre.

● 2002, « Capitalisme - Mensonges, scandales et régulation », (in) interview par O. Meyer, Réforme, n° 2990, 7 août.

● 2001, Salmon A., « Le marché du non sens », Lettre du Forum, n°46, novembre/décembre.

 

 

Les médias en parlent

 

Revue de presse (Extraits d’articles)

Les Nouveaux empires – Fin de la démocratie ?

( Source CNRS Editions )

 

 

"Dans une époque marquée par la puissance d’acteurs économiques qui imposent leurs choix aux États, la démocratie est-elle condamnée à disparaître au profit d’un État fort, restaurant le primat du politique, mais limitant les libertés ? Telle est la question, essentielle, à laquelle répond cet essai mêlant avec bonheur réflexions théoriques et études empiriques. [...] Un livre dense qui donne à penser et invite à lutter. Même si le combat est inégal, l’avenir n’est pas joué : les acteurs sociaux et les scientifiques peuvent favoriser l’émergence d’une société démocratique renouvelée."

Éric Dacheux, Communication

 

"C’est à une réflexion sur les conditions de la restauration de la liberté d’action des démocraties, voire d’une reconquête de la souveraineté, que convie Anne Salmon dans Les Nouveaux Empires. L’ouvrage propose une réflexion très actuelle sur les frontières disputées de l’économique et du politique, sous l’angle de la répartition du pouvoir entre acteurs publics et acteurs privés. C’est toute l’ambiguïté des tâches de la régulation sociale qui se trouve révélée par la doctrine libérale dans un contexte où les voix discordantes ne se font guère entendre ; dans une société « réduite au silence », la restauration du pouvoir de l’État apparaît à la fois comme une exigence de liberté collective (contre le fatum économique) et comme un risque pour la liberté, selon un paradoxe brillamment exposé dans l’ouvrage. On apprécie notamment les vues originales de l’auteure sur les collectifs de lutte, sur le travail et sur les valeurs de démocratisation." Emmanuel Picavet, Revue de métaphysique et de morale.

 

« Assistons-nous à "la fin de la démocratie" sous la pression des nouveaux empires économiques et financiers, ou peut-on rebondir en s'appuyant sur les forces de contestation et "la poussée démocratique" qui existe dans la société ? Telle est la question que pose Anne Salmon. »

L’Ours

 

« Autant de belles contre-attaques contre les nouveaux empires. »

Pierre Tartakowsky, Hommes et libertés journal de la ligue des droits de l’homme

 

« Analyse théorique et études empiriques se combinent. L'auteur prend appui sur le succès politique du "Yes we can" de Barack Obama, mais l'on mesure combien les choses évoluent vite... Un livre passionnant, à lire en mettant en perspective les derniers mois.»

Enjeux

 

« La crise financière récente et la banqueroute de pays entiers l’ont démontré : les entreprises et les fonds spéculatifs prennent le pas sur les Etats dans la gouvernance mondiale. Dotées d’une puissance financière énorme, les multinationales échappent en effet de plus en plus au contrôle démocratique. Pour autant, le pouvoir démocratique est-il voué à fléchir devant la force des marchés ? Comment les institutions peuvent-elles faire contrepoids ? La philosophe et sociologue Anne Salmon analyse de nouveau monde dans lequel les empires financiers défient la démocratie. »

Le journal du CNRS

 

« L’auteur aborde des questions essentielles à travers une approche originale combinant analyse théorique. »

 Roissy Mag’

 

 « Il est nécessaire de réguler l’économie nous dit la sociologue, et pour ce faire, l’Etat doit reprendre ses prérogatives de régulateur social »

Aulnay Libre

 

« La sociologue Anne Salmon s’est fait une spécialité en dénonçant l’idéologie qui prétend moraliser le capitaliste ; elle s’attaque ici à un problème plus classique : la domination de l’économie et de la finance sur la gouvernance des Etats. Cette domination est-elle inéluctable ? En se fondant sur des enquêtes et propos recueillis à la "base", la réponse est nuancée. »

Julio Schumacher, Études

 

 « Anne Salmon, sociologue, s'alarme à juste titre du totalitarisme des empires économiques et transnationaux. »

 L’Humanité

 

« Un peu dans le même esprit qu’Hervé Kempf, l’ouvrage d’Anne Salmon aborde le poids démesuré des puissances financières dans les processus de décisions politiques, si bien que les États, dans le cadre de la mondialisation, ont de moins en moins de prise sur les forces de l’argent. La récente crise financière a cependant démontré une certaine volonté populaire de s’attaquer à cette situation. Mais quel chemin prendre sans sombrer dans l’autoritarisme ? Voilà ce à quoi l’auteure tente de répondre. »

Le Délivré

 

« Anne SALMON confirme avec cette nouvelle parution son statut d’expert des questions d’éthique et de la morale dans l’Entreprise et plus largement dans le capitalisme... "Ces nouveaux empires », comprenez, les puissances financières internationales, paraissent devoir résister à la volonté populaire de "…reconquête de la souveraineté face aux injonctions de l’argent…". Comment inverser cette tendance ? »

Jean-Louis Chambon, CFO News

 

« La crise financière récente et la banqueroute de pays entiers l’ont démontré : les entreprises et les fonds spéculatifs prennent le pas sur les États dans la gouvernance mondiale. Dotées d’une puissance financière énorme, les multinationales échappent en effet de plus en plus au contrôle démocratique. Pour autant, le pouvoir démocratique est-il voué à fléchir devant la force des marchés ? Comment les institutions peuvent-elles faire contrepoids ? La philosophe et sociologue Anne Salmon analyse de nouveau monde dans lequel les empires financiers défient la démocratie. »

Le journal du CNRS

 

« Des questions essentielles qu'Anne SALMON aborde sans tabou, en appuyant de surcroît son analyse théorique sur des études empiriques particulièrement pertinentes, en offrant à ses fidèles lecteurs une merveilleuse opportunité pour s'élever "au-dessus de l'écume des vagues" de l'actualité. Immanquable. »

Jean-Louis Chambon, Revue des sciences de gestion,

 

« Croisant avec talent une culture philosophique de haut vol et des enquêtes de terrain rigoureuses, Anne Salmon élabore une réponse permettant d'entamer la reconquête d'espaces sociaux abandonnés à la toute puissance du marché. »

 Jean-Paul Maréchal, Alternatives Économiques

 

« Une réflexion articulant puissance publique et sociale, régulation économique et régulation sociale. »

L’AGEFI

 

« Anne Salmon dresse un état des lieux et avance des solutions pour remettre la décision politique au centre du pouvoir. »

 Catherine Pauchet, l’Hérault Informations Hebdo, le Bulletin d’Espalion, Le Nouvelliste, La Concorde et le Confolentais

 

« Dans cet essai, Anne Salmon professeur de sociologie à l’université Paul Verlaine Metz présente un état des lieux des rapports de force dans le monde entre la société civile et ces "nouveaux empires" qui imposent leur volonté aux états. »

Bruno Modica, La Cliothèque

 

« Face à la résurgence de tensions extrêmement vives entre le capitalisme et la démocratie, les pratiques syndicales sont au coeur d’un enjeu central : démocratiser l’économie. »

CGT EDF Cordemais,

 

« C'est peut-être sans compter sur la puissance des Nouveaux empires que décrit Anne Salmon dans sa remarquable enquête Décrivant un pouvoir qui, justement, s'appuie sur l'affaiblissement du corps social, l'auteur constate I’effritement des démocraties depuis le début du XXe siècle. »

Raphaël Rouillé, La Page des Libraires

 

« À rebours des interprétations "conformistes", elle analyse ces questions essentielles tant sur un plan global (politique internationale, législation des États, multinationales) que sur un plan local (fonctionnement des entreprises, actions des salariés). »

Bulletin Quotidien

 

« Le livre montre comment la puissance des empires financiers face aux démocraties rouvre le débat sur la séparation de l’économie et du politique. »

La lettre du secteur public

 

 Moraliser le capitalisme ?

( Source : CNRS Editions )

 

 

« Les critiques dont elles [les entreprises] sont l’objet sont nombreuses. L’une des plus pertinentes, selon nous, est celle développée par la philosophe et sociologue Anne Salmon, professeur d’université, auteur de « Moraliser le capitalisme »

Constant Calvo, CFO News

 

« Au plus fort de la crise mondiale, le livre d’Anne Salmon, « Moraliser le capitalisme ? », souligne justement que les grandes entreprises ont initié depuis vingt ans des démarches éthiques déconnectées de toute raison supérieure aux finalités économiques, contrairement à des périodes précédentes du capitalisme, aux 17ème et 19ème siècles. Ce constat renvoie évidemment à la critique générale du capitalisme et des directions d’entreprise, vilipendées pour faire du profit un objectif en soi. »

Marc Deluzet, La revue socialiste

 

« Se situant volontiers du haut d’une vision à la fois philosophique et sociologique, Anne Salmon nous dresse un tableau historique très complet qui fait de son livre bourré de citations intéressantes et complété par une bibliographie abondante et pertinente, un ouvrage de référence. »

Roger Godino, La revue socialiste

 

« Anne Salmon explique par des références précises, que le rapport du capitalisme à la morale a changé. »

 Robert Chapuis, L’ours

 

« Il est grand temps de combattre l’encastrement de la société dans l’économie – qui plus est immatérielle – et de penser séance tenante « le réencastrement de l’économie dans la société » Cynthia Fleury, L’humanité.

 

« Dans son analyse particulièrement détaillée et en perspective historique, l’auteur apporte des éléments de réponse : «…. « l’offre éthique » des entrepreneurs (charte, code, accord de responsabilité sociale) apparaissent comme des instruments d’une adhésion à l’ordre économique, destinés à se libérer des ordres tutélaires (spiritualité, morale) tout en assurant un contrôle sur les conduites individuelles pour les conformer aux exigences du système …. ». Comprenez : ….toujours plus de travail et de gains… »

Jean-Louis Chambon, La Revue des Sciences de Gestion

 

« Anne Salmon, philosophe et sociologue, avance une réponse et propose une analyse éclairante des discours visant à promouvoir l’éthique d’entreprise. »

Liaisons Sociales

 

 « Le changement radical qu’Anne Salmon perçoit toutefois à partir de la fin des années 1990, avec la multiplication des chartes éthiques, des engagements de responsabilités sociales et de développement durable, est que le capitalisme ne cherche plus à importer dans l’entreprise des valeurs religieuses ou politiques, mais faire de son propre fonctionnement la référence de la vie morale et sociale de ses salariés.

Antoine Reverchon, Le Monde

 

« En cela le livre d’Anne Salmon constitue une contribution essentielle au décryptage d’un phénomène qui n’a pas fini de faire parler de lui. »

Jean Paul Maréchal, Esprit

 

« Anne Salmon, philosophe, explique en quoi cette nouvelle éthique du capitalisme est, en fait, « une économisation » de l’éthique, qui tend à déprimer non seulement les individus, mais les valeurs elles-mêmes. »

Pauline Rabilloux, Entreprise et Carrières

 

« A défaut de régénérer le capitalisme par la morale, l’auteur préconise une relecture critique de l’héritage des Lumières, notamment l’idée de progrès où s’est coulée la légitimation morale de l’accumulation matérielle. »

 Etienne Perrot, Etudes

 

« Comment la crise économique actuelle interroge-t-elle l’éthique de l’entreprise ? Telle est l’accroche du dernier ouvrage d’Anne Salmon. »

 Naïri Nahapétian, Alternatives Economiques

 

« L'auteur analyse ici avec brio la singularité d'une mobilisation dans laquelle l'éthique est instrumentalisée car produite par les acteurs économiques pour des finalités économiques. »

Le journal du CNRS

 

« En comparant les pratiques et les discours d’hier à ceux d’aujourd’hui, l’ouvrage entend présenter « la singularité du phénomène contemporain »… « Une éthique purement instrumentale n’est-elle pas cause d’une érosion des valeurs ? »

 La correspondance économique

 

« Philosophe et sociologue, Anne Salmon s’affirme par sa nouvelle parution, comme l’une des références intellectuelles contemporaines des problématiques de l’éthique et de la morale, sujet d’une brûlante actualité. »

 Jean-Louis Chambon, CFO News

 

« Une interrogation nourrie par une quête minutieuse de sociologue sur ce qui a amené les entreprises à changer de visage, au nom d’une nouvelle stratégie. »

Françoise Crouïgneau, La Tribune

 

« Face aux scandales des licenciements massifs, des délocalisations et des golden parachutes, le capitalisme s’achète une conduite à coup de codes déontologiques et autres chartes éthiques. Coup de com’ ou tentative de moraliser le capitalisme ?

 La CGT Ensemble.

 

« Pour comprendre cette situation, Anne Salmon revient sur les systèmes historiques successifs qui ont essayé, avec succès mais de façon temporaire, de fournir une justification morale à l’accumulation du capital et aux conditions de travail parfois effroyables des ouvriers dans les grandes concentrations industrielles. »

Patrice Bollon, Philosophie Magazine

 

Ce livre a fait partie des ouvrages sélectionnés par …

- Pierre-Antoine Delhommais, Le monde

- Jean-Marie Durand, Les inrockuptibles,

- Le choix des libraires

- Le choix des bibliothécaires

- Le salon du livre Colères du présent

- Le 7ème salon AFFDU des livres de femmes

 

 

Ethique et ordre économique

(Source : CNRS Editions)

 

« Conjuguant approches sociologique et philosophique, Anne Salmon entreprend une analyse critique et approfondie de l’offre éthique qui se construit désormais dans et pour l’économie. »

 Julien Scolaro, Cultures en mouvement

 

« Anne Salmon, enseignante à Paris Dauphine, est à la fois philosophe et sociologue des organisations. Cette double casquette lui permet d'aborder de façon particulièrement profonde (j'allais dire passionnante, mais le terme pourrait laisser croire que l'ouvrage se lit comme un polar, ce qui n'est bien sûr pas le cas) les relations entre éthique et économie, sujet qui est au cœur de nombreux débats actuellement. »

Guillaume Duval, Alternatives Economiques

 

« Anne Salmon en vient à se demander, dans une interrogation qui fait écho à celles d’André Gorz dans l’article qu’il nous a donné, si en produisant ces valeurs le capitalisme n’est pas en train de poursuivre son extension jusqu’à des sphères qui lui échappaient jusqu’ici.

Richard Robert, Cadres CFDT

 

« L’éthique d’entreprise serait-elle alors le signe d’une entreprise de subordination de l’éthique à l’économique pour garantir la perpétuation de la « mise au travail » des aspirations humaines ? »

Antoine Reverchon, Le Monde Economie

 

« Entreprise responsable, entreprise verte, charte éthique, fonds éthiques, actions de citoyenneté, développement durable... Depuis quelques années, l'offre de produits éthiques s'est considérablement développée. A partir d'ouvrages de management et de textes d'entreprises (comme Luc Boltanski et Eve Chiapello l'avaient fait dans Le Nouvel Esprit du capitalisme), Anne Salmon s'interroge sur ce phénomène. Ce souci éthique va-t-il permettre au système capitaliste de passer un nouveau cap ?"

Evelyne Jardin, Sciences Humaines

 

« Une réflexion structurante. Inutile de rechercher ici des recettes. Un livre bourré de références. A lire pour comprendre ce qui prend corps sous nos yeux. »

Enjeux

 

« L’éthique d’entreprise tant sur le plan de sa forme que de son contenu, ne va pas de soi. » Pour qui prête un tant soit peu d’attention à la littérature produite sur le sujet, l’instrumentalisation de la sphère éthique à des fins de gestion des ressources humaines est immédiatement repérable. »

Faits de société

 

« La prolifération des discours éthiques en entreprise apparaît comme le fruit récent d’une pratique venue d’outre atlantique pour compenser la dérégulation économique.

Etienne Perrot, Projet

 

« Publié par la prestigieuse maison d’édition du CNRS, le livre d’Anne Salmon décrit les dérives du discours éthique des entreprises.»

Thierry Brun, Politis

 

« Passionnante réflexion menée par une sociologue. »

 L’expansion

 

« L’état d’esprit aventurier qui se défie de toute limitation éthique …lorsqu’il est dominant, dénote une époque précapitaliste…Ces propos de Max Weber cités par Anne Salmon, illustrent l’opportunité d’un tel livre. »

Liaisons sociales Magazine

 

« L’éthique des affaires est-elle un remède à l’érosion des systèmes de légitimation classiques que sont l’éthique protestante et l’éthique progressiste comme le pense Anne Salmon ? Si elle a raison, la crise est grave. »

Hugues Puel, Economie et Humanisme

 

« Le réveil du souci éthique qui n’a vraiment pris corps que dans les années nonante, est-il le signe d’une réappropriation des valeurs perdues » ou « le processus toujours en mouvement de désintégration des valeurs  ? Grave question.» 

Trends tendances